Expositions

ActualitéDu 11 au 14 avril

Art Cologne

Art Cologne

Hall 11.1 Stand B11 Messe Köln Cologne

C’est l’année Vasarely ! Après avoir apporté notre concours en prêtant quelques œuvres majeures de la collection Lahumière, au Staedel Museum à Francfort, au Centre Pompidou à Paris ainsi qu’à la galerie, nous sommes heureux de pouvoir proposer un ensemble de belles œuvres sur notre stand à Cologne cette année. L’exposition au Staedel reprenait le développement du parcours pictural de Vasarely de ses débuts jusqu’au cinétisme.

ActualitéDu 4 au 7 avril

Art Paris Art Fair

Art Paris Art Fair

Stand D15 - Grand Palais Paris

Nous mettrons en avant des œuvres de Victor Vasarely (1906-1997) Hongrois, pour faire écho à notre exposition en cours à la galerie et celle du Centre Pompidou, à laquelle nous prêtons des œuvres. Une autre partie du stand fera un rappel de l’exposition : ‘Particulières’ du mois de Janvier, en présentant les œuvres d’Ode Bertrand, Marcelle Cahn (1895-1981), Isabelle de Gouyon Matignon et Aurelie Nemours (1910-2005), dont le catalogue raisonné des peintures à l’huile et au vinyle vient de paraitre, sous la direction de Serge Lemoine.

Exposition en coursDu 9 mars au 27 avril

Les mondes de Vasarely

Les mondes de Vasarely

Galerie exceptionnellement fermée du 2 au 8 avril

Les mondes de Vasarely sont multiples, autant que la multiplicité des expériences visuelles qui les inspirent. Leur trait commun est de prendre pour point de départ l’observation. Seule l’échelle varie : l’abstraction, chez Vasarely, n’est que la conséquence de l’accommodation du regard sur différents niveaux de réalité. En 1945, il réalise une série de collages à partir de microphotographies découpées. L’une des clés de son abstraction est là : il s’agit moins de rompre le lien avec la nature que d’aller chercher, au cœur de ce qu’il appelle sa « géométrie interne », de nouvelles formes. Le monde de la cellule et celui du cristal s’offrent alors à lui.

Exposition passéeDu 12 janvier au 23 février

Particulières,  quatre femmes dans l’abstraction géométrique

Particulières, quatre femmes dans l’abstraction géométrique

Ode Bertrand, Marcelle Cahn, Isabelle de Gouyon Matignon, Aurelie Nemours

« Aucune peinture n’a influencé ni mes études, ni mon travail, ni ma vie. J’étais trop loin des recherches de ce moment-là. J’ai seulement approfondi ma solitude »

m’écrivait Aurelie Nemours en novembre 2005. Quelques semaines plus tard elle s’éteignait. Doit-on comprendre ces paroles comme des mots écrits au seuil d’une vie ou doit-on les recevoir comme étant le chemin de chaque artiste et peut-être même de tout être humain ? Cette expression « approfondir sa solitude » rappelle qu’Aurelie Nemours était aussi poète et prend dans cette exposition, une dimension particulière.