Jean Gorin aujourd’hui

Exposition en coursDu 13 octobre au 21 décembre

Égaré dans notre mémoire.

Revoir Jean Gorin. Après 20 années et l’exposition dans cette même galerie Lahumière. J’avais moi-même consacré à son œuvre une maîtrise d’histoire de l’art sous la direction de Jacques Thuillier, puis un livre publié chez Waser Verlag à Zurich en 1985. Gorin était inconnu et le néoplasticisme oublié en France à cette date. Il l’est plus ou moins resté.
Auteur en 1930 du premier relief néoplastique, salué par Mondrian, qui le voyait comme une réalisation architecturale, Gorin a consacré son art à montrer le lien entre la peinture et l’architecture : il était « peintre-architecte ».

Ses compositions spatio-temporelles multivisuelles, nom un peu lourd, sont des constructions dont tous les éléments, lignes, plans, couleurs sont opposés dans une rapport de dissymétrie pour créer un rythme : opposition entre la verticale et l’horizontale dans le plan et la profondeur, entre les couleurs, les seules primaires, qui restent détachées entre elles par les teintes neutres. Cette nouvelle plastique est abstraite, rationnelle jusqu’à vouloir en fonder les principes constructifs par des lois mathématiques et l’exécution par la neutralité ou l’anonymat du métier. Elle a été gagnée par Gorin au terme d’un parcours volontaire : il naît en 1899, au sein d’une famille modeste d’artisans, il s’inscrit à l’école des beaux-arts de Nantes où il dessine d’après le modèle vivant et les maîtres du XIXe siècle et il peint quelques esquisses impressionnistes. Après la guerre où il est mobilisé puis fait prisonnier, il exerce le métier de coiffeur, ce qu’il cachera toujours même à ses amis, tout en « travaillant » à partir de ses lectures dans un esprit cubiste puis puriste.

Extrait de la préface rédigée par Marianne Le Pommeré éditée dans le catalogue accompagnant l’exposition

expo_gorin_2018_010-2.jpg
expo_gorin_2018_001-2.jpg
expo_gorin_2018_011-2.jpg

Jean Gorin aujourd’hui